Mammifères

  • Blaireau

    Cet animal fabuleux est notre plus grande espèce de mustélidés d'Europe, réputé forestier il s'adapte en réalité à des habitats assez variés qu'il exploite différemment selon la saison. Très prudent il vie dans les galeries obscurs de son terrier la journée et sort la nuit pour se nourrir, opportuniste et omnivore son alimentation est très variée. Malheureusement ce petit ours et encore victime de la terreur causé par les déterreurs....Ce massacre doit cesser !

  • Brocard - Chevreuil

    C'est le plus petit cervidés que l'ont trouvent dans nos région. Il vit dans des milieux variés : bois, forêts de feuillus ou de conifères, bosquets à végétation herbacée variée ou les clairières et en lisière de forêt. Le chevreuil affectionne aussi les champs et les prairies.  Herbivore le chevreuil consomme des bourgeons, des feuilles, de jeunes branches d'arbres, ronces, framboisier, lierre, noisetier, et de plantes herbacées, il choisit ses aliments avec soin et en prend les parties les plus nutritives. Discret et assez curieux, il est sensible au mouvement et au forme inhabituel (silhouette humaine). C'est très fréquent d'avoir le privilége de rencontré ce prince des forêts. Animal que j'adore par sa beauté et son élégance.

  • Biche - Daguet et Faon

    La biche est la femelle du cerf, c'est une espèce crépusculaire et nocturne, elle se nourrit de végétaux et elle est très sélectif dans son alimentation, tout en s'adaptant toujours à la végétation qu'elle a sa disposition. Vivant une majeure partie au sein d'une harde, la biche est la seule à prendre soin de son faon, animal discret et prudent elle passe presque toujours inaperçu. C'est le plus grand cervidé de nos forêts... Un trésor bien caché de nos forêts de toute beauté.

  • Cerf

    C'est le roi de nos grands massifs forestiers, il vit surtout en forêt. Le cerf est un animal discret et farouche, durant l'année, il est difficile à observer et à photographier. Quand le  brame arrive, il fait vibré la forêt par ses appels sauvage de mi septembre à fin octobre. Les vieux mâles veillent jalousement sur leur harde qu'ils ont réintégrées, essayant en plus d'attirer les biches de la harde voisine. Ces hardes peuvent atteindre 30 têtes à cette époque. Ils ont fort à faire jour et nuit : surveiller les biches, s'accoupler avec celles qui sont prêtes, décourager les jeunes mâles qui essayent de leur voler celles qui s'éloignent. Ces mâles sans harde peuvent devenir très pressants et le combat ne va pas pouvoir être évité. Des manoeuvres d'intimidation peuvent suffire, les vieux mâles ont de l'expérience. Sinon le bruit des bois s'entrechoquant  vont résonner dans la forêt. C'est une période très éprouvante physiquement pour les cerfs, ils ne mangent presque rien et n'ont pas de répit... Les jeunes mâles ont toute leur chance à la fin du rut quand les vieux à bout de force ne peuvent plus surveiller leur harde. Le brame terminé et les mâles épuisés la forêt retrouve son silence... Avec sa ramure imposante il me procure toujours autant de frisson.